Bienvenue sur le site de l’OCTFI

La crise financière a plongé la planète dans un marasme économique dont sont victimes les plus faibles d’entre nous. Cette crise ne laissera personne indemne. Conséquence de la négation des principes universels sur lesquels s’appuient les conditions premières du vivre ensemble, elle est en réalité le révélateur d’une profonde mutation de la société à laquelle nous ne pouvons pas assister passivement.

L’Observatoire Citoyen pour la Transparence Financière Internationale est né du désir et de la volonté de ses membres fondateurs d’œuvrer pour donner corps à une société d’ores et déjà mondialisée, qui place au cœur de son fonctionnement l’éthique et la justice dans le cadre d’un projet construit avec et pour les citoyens.

Quand l’économie chasse les valeurs qui soudent la société au nom de l’efficacité, le système s’effondre !

Dans le même temps, des organisations criminelles transnationales tirent profit de la situation. Le système financier débridé leur permet d’infiltrer l’économie légale avec des flux d’argent criminel en investissant dans l’immobilier, comme dans la santé, en bourse, en rachetant à faible coût des sociétés en difficulté pour organiser le blanchiment d’argent à grande échelle. Grâce au blanchiment, elles prospèrent et se rendent maîtres de l’économie et de la décision publique au moyen notamment de la corruption.

Sont ainsi réduits à néant les efforts de la communauté internationale tendant, au moyen de conventions, à protéger des valeurs universelles qu’elle a proclamées non marchandes. Tout s’achète et tout se vend dans le plus parfait mépris de la vie et de la dignité humaines. Fragilisés par la crise, les citoyens sont incités à participer à cette économie criminelle. Le système financier lui-même est devenu, par contamination progressive, une structure criminelle.

La crise financière, économique, et le développement de la criminalité organisée puisent à la même source : l’opacité juridiquement organisée. Cette opacité, par le biais de montages complexes permet de contourner les règles en toute impunité.

Nous devons y mettre un terme !

Parce que nous ne sommes pas condamnés à l’impuissance, nous pensons et croyons que les citoyens, ici, à partir de Strasbourg, symbole d’une gouvernance démocratique européenne, peuvent et doivent reprendre le contrôle de leur destinée et participer activement à la refondation de cette société-monde autour des principes d’éthique et de justice dans le but de soumettre la finance à la satisfaction de l’intérêt général et de stopper l’expansion de l’économie criminelle. Il y va de l’avenir de la société, celle où nous voulons vivre et que nous laisserons à nos enfants.

Comment ?

L’action citoyenne est au cœur de la méthode de l’OCTFI. Seule une volonté affirmée déployée dans une vision claire de la société dans laquelle nous voulons vivre permettra d’imposer la transparence des flux financiers sans laquelle il est vain d’espérer prévenir les crises financières et le développement des marchés criminels.

L’OCTFI entend initier une mobilisation sociale d’une nature nouvelle qui rassemble au-delà des clivages traditionnels, politiques, sociologiques, économiques et culturels toutes celles et ceux qui sont déterminés à faire vivre la démocratie pour édifier une société plus humaine et plus juste.

Cette action citoyenne repose sur trois piliers : informer, former, agir. L’information et la formation se feront dans le cadre d’ateliers-débats citoyens qui aideront à décrypter le monde dans lequel nous vivons et à définir et mettre en œuvre les moyens d’actions à entreprendre pour amener les pouvoirs publics en France, en Europe et au-delà, à prendre les mesures qui s’imposent pour prévenir et combattre l’utilisation du système financier à des fins dévoyées. Un grand témoin sera convié à chaque atelier-débat citoyen pour échanger sur les raisons qui l’ont conduit à agir pour une société plus juste et les modalités de son action.

Les actions engagées :

A l’issu de l’atelier-débat citoyen qui s’est tenu à Strasbourg le 16 janvier 2013, un premier « cahier de doléances » a été établi et sera mis en œuvre par l’OCTFI en concertation avec le réseau des associations et ONG mobilisées de longue date sur le sujet.

Une lettre ouverte a été adressée aux parlementaires européens pour leur rappeler la résolution qu’ils ont adoptée le 15 septembre 2011 sur la lutte contre la corruption demandant à la commission européenne de faire de la lutte contre les sociétés écran une priorité de la révision de la directive sur le blanchiment de capitaux.

Un comité citoyen regroupant des ressortissants d’au moins sept pays membres de l’union européenne est en cours de constitution afin de saisir la commission européenne d’une initiative citoyenne en vue de l’adoption d’un règlement sur la transparence des sociétés et des constructions juridiques. Cette initiative citoyenne européenne devra réunir un million de signature dans au moins sept Etats européens.

L’OCTFI s’efforcera en outre de mobiliser la société civile autour de la création d’une juridiction pénale européenne de la finance.